Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
L'ancien président Jacques Chirac a lancé vendredi en compagnie de représentants de 30 pays réunis à l'UNESCO le projet Aladin, programme éducatif visant à lutter contre le négationnisme de la Shoah dans le monde arabo-musulman.

Ce projet à l'initiative de la Fondation pour la mémoire de la Shoah vise à rendre disponibles en arabe, en persan et en turc des informations objectives sur le génocide des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, les relations judéo-musulmanes et la culture juive. Il repose sur un site Internet www.projetaladin.org qui présente en cinq langues (arabe, persan, turc, anglais et français) l'histoire de la Shoah, du peuple juif et des relations entre les musulmans et les juifs au cours des siècles.

Une bibliothèque numérique www.aladdinlibrary.org rend accessible en arabe et persan des témoignages sur la Shoah, dont "Si c'est un homme" de Primo Levi et "Le Journal d'Anne Frank", traduits pour la première fois dans ces langues.

Lors de la conférence de lancement, Jacques Chirac a apporté son soutien et celui de sa Fondation pour le dialogue des cultures à ce "combat pour rétablir la mémoire de la Shoah là où elle est niée, effacée, déformée", la "faire connaître (...) sans vouloir faire porter aux pays musulmans une culpabilité qui n'est pas la leur".

L'ancien président a exprimé son inquiétude face à la montée d'une "nouvelle haine des juifs" au Proche-Orient du fait du conflit israélo-palestinien, mais aussi en Europe. Alors que Jean-Marie Le Pen a réitéré cette semaine ses propos condamnés par la justice sur la Shoah, "point de détail" selon lui de l'histoire de la Seconde guerre mondiale, M. Chirac a dénoncé "l'apartheid insupportable de la mémoire" de la part de ceux qui affirment que l'Holocauste était "le problème des juifs". "Il n'est pas trop tard. Il n'y a aucune fatalité à la haine", a lancé celui qui avait reconnu en 1995 le rôle du régime de Vichy dans la déportation des juifs de France.

La garde des Sceaux Rachida Dati a lu un message de soutien du président Nicolas Sarkozy. Le Sénégalais Abdoulaye Wade, président en exercice de l'Organisation de la conférence islamique, l'ancien président mauritanien Ely Ould Mohamed Vall et Simone Veil, ancienne présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, étaient également présents, ainsi que des représentants de l'Egypte, de Tunisie, du Maroc, du Qatar, de Bahreïn, de Turquie, d'Indonésie ou de Bosnie.Tous ont signé l'"appel à la conscience", déclaration symbolique prônant la lutte contre le négationnisme et "l'approfondissement d'un dialogue fondé sur la connaissance et le respect mutuels.

Affirmant "la volonté commune de favoriser un dialogue sincère, ouvert et fraternel", l'appel dit aussi "clairement que les Israéliens et les Palestiniens ont droit à leur Etat, leur souveraineté et leur sécurité et qu'il convient d'appuyer tout processus de paix ayant de telles visées".

M. Jacques Andréani, Ambassadeur de France, ancien Ambassadeur au Caire et à Washington
Ambassadeur Hassan Abu-Nimah, Directeur de l'Institut royal d'études religieuses de la Jordanie
M. Ayad Allawi, ancien Premier ministre d'Irak
M. Mohamed Arkoun, Historien et écrivain
M. André Azoulay, Président de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures
Mme Fathia Benatsou, Membre du Conseil économique et social
M. Ghaleb Bencheikh, Vice-président de la Conférence mondiale des religions pour la paix
M. Hédi Baccouche, ancien Premier ministre de la Tunisie
M. Ali Benmakhlouf, philosophe et professeur des Universités en France
M. Rachid Benzine, Auteur marocain et penseur moderne sur l'islam
M. Mustafa Ceric, Grand mufti de Bosnie
Mme Chahla Chafiq, Sociologue iranienne et militante des droits des femmes
M. Malek Chebel, Ecrivain et philosophe algérien
M. Adel Darwish, Journaliste et commentateur d'origine égyptienne
Dr Aly El Samman, Conseiller du défunt Président Sadate, Président de l'Union internationale pour le dialogue judéo-islamo-chrétien et l'education de la paix, Président du Comité pour le dialogue interreligieux du Conseil supérieur islamique d'Égypte
M. Kenan Gursoy, philosophe, Doyen de la Faculté des Sciences et des Lettres, l'Université de Galatasaray
Mme Nadia Hachimi Alaoui, Journaliste, Maroc
M. Tarek Heggy, Penseur et auteur egyptien
Mme Fahmia Houda, Conseillère auprès du Ministère de l'Intérieur britannique sur les relations avec la communauté musulmane
M. Mohamed Kenbib, Historien, Maroc
M. Driss Khrouz, Directeur de la Bibliothèque nationale du Maroc
M. Ismaël-Sélim Khaznadar, Universitaire algérien
M. Serge Klarsfeld, Président de l'Association des fils et filles de déportés juifs de France
M. Jean-Claude Lescure, Professeur des Universités
M. Lafif Lakhdar, Ecrivain tunisien
M. Nima Mina, Professeur d'Etudes persanes, SOAS, Londres
M. Abdelwahab Meddeb, Universitaire et écrivain tunisien
M. Jean Mouttapa, Directeur de collection aux Éditions Albin Michel
M. Mohamed Mzali, ancien Premier ministre de la Tunisie
M. Tareq Oubrou, Président de l'Association des imams de France
M. Abe Radkin, Directeur général de la Fondation britannique des Droits de l'homme
Mme Anne-Marie Revcolevschi, Directrice générale de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
M. Abduljalil Sajid, Chef spirituel et président de l'Association nationale des Pakistanais du Royaume-Uni
M. Boualem Sansal, Ecrivain algérien
Père Emile Shoufani, Prêtre arabe israélien
M. René Samuel Sirat, ancien Grand rabbin de France
M. Salah Stétié, Poète libanais
Mme Hind Taarji, Ecrivain et journaliste marocaine

Sources : La Presse Canadienne - La Provence - Unesco.

 

Tag(s) : #Actualité-évènement-politique

Partager cet article

Repost 0