Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sources : Israel.7-Wikipedia,.

 

   sheli 

 

Shelly Yachimovich est née le 28 Mars 1960, en dehors de son mandat parlementaire, elle a exercé la profession de journaliste. Depuis 2006, elle a été membre de la Knesset (parlement d’Israël) pour le parti travailliste.

Shelly Yachimovich est née à Kfar Saba. Ses parents ont immigré de Pologne. En 1985, elle est diplômée de l'Université Ben Gourion du Néguev avec un doctorat en sciences comportementales. Elle vit dans le sud de Tel-Aviv et a deux enfants, Gal et Rama.

Après avoir suivi ses études à Beersheba, elle a travaillé comme correspondant pour le journal Al Hamichmar, puis elle est entrée à Reshet Bet, (canal B) une des stations de la radio nationale  israélienne. Comme journaliste, elle a couvert les rubriques concernant les femmes et la protection sociale. En Octobre 2000, elle part sur la deuxième chaîne de télévision où elle a animé un talk-show politique et présentatrice des informations. Elle a aussi fait un programme hebdomadaire pour la radio de l'armée (Galei Tsahal). En outre elle a écrit deux romans: "Eshet Ish" (2001) et "Miskhakei Zuggot" (2003).

Le 29 Novembre 2005, deux semaines après qu’Amir Peretz, ait été élu président du Parti travailliste, elle a annoncé qu'elle quittait le journalisme et faisait son entrée en politique. Elle participé au primaires travaillistes et finit à la neuvième place. Elle est élue parlementaire à la 17e Knesset aux élections de 2006. Elle a conservé son siège aux élections de 2009, pour lesquelles elle a terminé cinquième sur la liste travailliste. Alors qu’ Ehoud Barak quitte le parti travailliste pour former le parti de l'Indépendance en Janvier 2011, un sondage révèle que Yachimovich est la plus populaire des candidats probables pour la direction du Parti travailliste

Le 3 Mars 2011 elle déclare sa candidature et entame une campagne énergique pour recruter de nouveaux membres dans le parti travailliste. Au moment de la clôture de la campagne d'adhésion, Yachimovich selon les estimations, fait adhéré plus de 17 000 nouveaux militants.

Ce 22 Septembre 2011, elle est élue chef du Parti travailliste face à Amir Peretz.

 

L'effet «Sheli»

Un sondage réalisé par l’Institut « Dialog » pour le quotidien « Haaretz » indique un véritable réveil du parti travailliste au cas où il serait dirigé par Shelly Yehimovitz. Si les élections avaient lieu actuellement, « Avoda » passerait de 8 sièges à 22 sièges à la Knesset (18 sièges avec Peretz).

Ces sièges seraient essentiellement pris à Kadima. L’analyse des réponses des sondés indiquent clairement que Shelly Yehimovitz est perçue comme une représentante authentique du mouvement social alors que Kadima n’est plus du tout considérée comme une alternative de pouvoir. L’ancienne journaliste attire à elle des franges de la population qui ont participé au mouvement de protestation ainsi que de nombreux électeurs de gauche qui avaient voté pour Tsipi Livni ou même Meretz. La cheffe de l’opposition risque de voir son leadership de plus en plus contesté au sein de ce parti patchwork.

Kadima n’est pas le seul perdant de ce sondage puisque Shass et Meretz perdent des sièges au profit des travaillistes. Le Likoud perd aussi 2 à 3 sièges mais qui vont plutôt aux deux partis national-religieux, qui sont crédités de 9 sièges au lieu des 7 actuels et traduisent la défection d’électeurs sionistes-religieux exaspérés par les volte-face répétés de Binyamin Netanyahou par rapport à la Judée-Samarie.

Un autre enseignement important de ce sondage : malgré l’ascension des travaillistes, et malgré le mouvement social – les deux très largement médiatisés – le bloc de droite-religieux reste majoritaire avec 64-65 sièges contre 48 sièges à la gauche sioniste, car malgré la légère baisse du Likoud et de Shass, Israël Beiteinou gagne un ou deux sièges tout comme les deux formations sionistes-religieuses. La seule différence dans un tel scénario, est que le dirigeant du parti le plus grand, probablement le Likoud, devra forcément composer avec les travaillistes, ce que Shelly Yehimovitz ne repousse absolument pas à priori contrairement à Amir Peretz.

Réaction quelque peu infantile de Rony Bar-On (Kadima) : « Nous aussi nous aurons un jour des primaires, on parlera de nous et les sondages seront meilleurs pour nous ».

 

Tag(s) : #Actualité-évènement-politique

Partager cet article

Repost 0