Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

OBAMA OVATIONNE PAR LES ETUDIANTS !OBAMA-IL-2013-AP-.jpg


source : The Times of Israel.

 

Standing ovation lorsque le président Obama exhorte les jeunes Israéliens à prendre en charge leur avenir, de faire la paix
Le président américain a prononcé le discours principal de sa visite en Israël, qui reçut un accueil chaleureux par les étudiants à Jérusalem.
Plus tôt, à Ramallah, il a appelé à un État indépendant, souverain en Palestine. Quelques heures plus tôt, une roquette lancé depuis Gaza a frappé Sderot.

Obama commence à parler sous des applaudissements enthousiastes.
Il parle de "l'amitié qui nous unit. Il dit qu'il a «rendu témoignage à la longue histoire du peuple d'Israël», et vu l'avenir du pays en un salut technologique.
Il dit: «ça b'est qu'en Israël» qu'il a pu y  voir à la fois les Manuscrits de la Mer Morte et la technologie pour l'expédition vers Mars.
Il ajoute qu'il était très ému dans l'attente de cette rencontres avec les étudiants.
Obama plaisante sur les désaccords avec son "ami Bibi" dans les dernières années ont été rien de plus qu'un complot visant à «fournir de la matière pour Eretz Nehederet" ( un spectacle populaire israélien de sketchs comiques - cousin des guignols de l'info). Grand éclat de rire dans le public.
Il parle de la Pâque juive. "Pour le peuple juif cette histoire est au cœur de ce que vous êtes devenu», dit-il, mais il est aussi universel, qui fait partie de la liaison entre le christianisme, l'islam et le judaïsme, les religions qui vénèrent Jérusalem.
Ayant grandi dans différentes parties du monde "sans véritables racines», dit-il, ce jour férié lui parla d'une aspiration à la maison.
Il dit que les gens doivent se battre pour la liberté, et cite Martin Luther King disant avant sa mort qu'il pourrait ne pas atteindre le but, mais que son peuple en tant que groupe le ferait.
Il mentionne «des siècles de souffrance et d'exil» subies par les Juifs. Mais le "rêve de liberté a finalement trouvé sa pleine expression dans l'idée sioniste."
Le sionisme est enraciné dans l'idée que «les gens méritent d'être libres dans un pays qui leur est propre», dit-il, (salves d'applaudissements.)
Obama parle de l'absorption par Israël des immigrants du monde entier, de sa technologie et de la démocratie, et de son «infatigable» liberté de la presse.
Il parle de ce pays comme d'un débat public «vivant», puis il ajoute, "vivant est un euphémisme."
Il mentionne également le «courage» de l'Armée de Défense d'Israël" et la résilience des Israéliens face à la terreur.
Les États-Unis sont devenu le premier pays à reconnaître Israël, exactement 11 minutes après sa déclaration d'indépendance.
Il aime parler aux jeunes, dit-il, parce que «leur énergie et l'ambition me donne toujours l'espoir."
«Je crois que votre avenir est lié au nôtre», dit-il, avant qu'un perturbateur crie quelque chose (selon la chaîne 2 - celui-ci aurait crié "vive la Palestine libre"selon un autre journaliste celui-ci aurait plutôt fait référence à la détention de Jonathan Pollard.)
"C'est le débat animé dont nous parlions», plaisante Obama, sans cligner des yeux ou de perdre son sang-froid, et il obtient une ovation debout.
«Je ne me sentirais pas à l'aise si je n'ai pas eu au moins un élément perturbateur», dit-il en souriant.
Il souligne l'engagement américain pour la sécurité d'Israël, en disant: "des enfants du même âge que mes filles se couchent avec la crainte de roquettes à cause de qui ils sont et où ils vivent."
Quand il évoque Iron Dome (système de protection anit missiles), la foule lui donne une salve d'applaudissements. La foule est très bien et Obama se fait applaudir à chaque phrase.
Il mentionne les cinq Israéliens tués par des terroristes en Bulgarie, et il dit que le Hezbollah devrait être nommée pour «ce qu'il est vraiment -. Une organisation terroriste"
Il promet une coopération étroite en matière de lutte contre le transfert d'armes chimiques de la Syrie vers le Hezbollah. Il dit que le monde les regarde et qu'ils seront tenus responsables.
«Il n'est pas étonnant que les Israéliens considèrent cela comme une menace existentielle», dit-il du programme nucléaire de l'Iran, et il ajoute que c'est aussi bien une menace pour les Etats-Unis.
L'Iran subit "plus de pression que jamais et que la pression augmente», dit-il.
Il dit qu'il y a un intérêt commun à résoudre cette crise  "pacifiquement", à travers une «diplomatie forte et fondée sur des principes."
"Nous devons faire tout notre possible pour résoudre cela diplomatiquement», dit-il, mais «avec le sentiment d'urgence nécessaire."
«Toutes les options sont sur la table», dit-il: «L'Amérique fera ce qu(il faut pour éviter un Iran possédant l'arme nucléaire." (Une grande partie d'applaudissements.)
Ceux qui rejettent le droit d'Israël d'exister peuvent aussi rejeter le ciel, parce que «Israël ne risque rien», dit-il, (longs applaudissements.)
"Tant qu'il y a les États-Unis d'Amérique", dit-il, "Atem lo levad."(en hébreu,) "Vous n'êtes pas seuls."
Il affirme qu'Israël a pris des risques pour la paix, en citant Menachem Begin et Yitzhak Rabin.
Mais beaucoup de jeunes sont aujourd'hui sceptiques quant à la possibilité de la paix, dit-il.
C'est aux Israéliens seulement de décider de l'avenir de leur pays, dit-il. Et si quelques-uns dans la salle ne seraient pas d'accord avec lui - «cela fait partie de la démocratie."
"Mais je crois aussi qu'il est important d'être ouvert et honnête - en particulier avec vos amis," dit-il.
Obama a dit qu'il parle comme un ami "préoccupé par votre avenir."
Compte tenu de la démographie, dit-il, le seul moyen pour Israël de survivre en tant que nation juive et démocratique c'est la création d'une «Palestine indépendante et viable."
Israël a besoin de paix, car «aucun mur sera suffisamment élevé» pour se protéger de toutes les menaces.
Les soulèvements arabes signifient «paix devra être faite entre les peuples et non les gouvernements."
"Les Progrès" avec les Palestiniens marginalisent les extrémistes et aident les modérés.
«La sécurité doit être au centre de tout accord," dit-il.
Les États-Unis, dit-il, "s' opposerons à des efforts unilatéraux de contourner les négociations par l'intermédiaire des Nations Unies."
Mais c'est justice que l'Autorité palestinienne soit reconnue.
Tout comme les Juifs méritent l'indépendance, les Palestiniens aussi.
Il raconte avoir rencontré un groupe de jeunes Palestiniens tôt dans la journée. Il dit qu'ils n'étaient pas différents de ses propres filles, ou de ceux des Israéliens.
"Vous seul pouvez déterminer le type de démocratie que vous aurez,» dit-il, et ce sera de définir non seulement les relations avec les Palestiniens, mais la nature d'Israël.
Il cite Ariel Sharon en disant que si Israël poursuit le contrôle de l'ensemble de la terre d'Israël, il pourra "tout perdre."
Il loue Abbas et Fayyad comme de véritables partenaires.
«Il s'agit d'une occasion. Il y a une fenêtre », dit-il. "La paix est possible."
Il dit que les jours où les régimes arabes  utilisent Israël pour distraire leurs civils des problèmes internes » ne doivent plus être." Les Arabes doivent normaliser leurs relations avec Israël.
Les Palestiniens "doivent reconnaître qu'Israël sera un Etat juif." Et les Israéliens doivent reconnaître que les colonies sont contre-productives et qu'un futur Etat palestinien "doit être viable."
"Les dirigeants politiques ne prendront pas de risques si les gens ne les poussent pas à prendre des risques», dit-il.
Il dit qu'Israël est «le pays le plus puissant dans cette région, et bénéficie du soutien du pays le plus puissant du monde."
Il cite Ben Gourion qui disait, en Israël, «être réaliste, c'est croire aux miracles." (... c'est la devise aussi de france Israël Amitiés Echanges...)
Puis il fait l'éloge de l'économie d'Israël et de sa richesse technologique. «Si les gens veulent voir l'avenir de l'économie mondiale, ils devraient regarder à Tel-Aviv", dit-il.
Les Israéliens sont si actifs sur les réseaux sociaux, dit-il, «que chaque jour semble apporter une nouvelle campagne sur Facebook où je devrais faire ce discours."
"Cela devrait être une plaque tournante pour le commerce régional en plein essor et un moteur pour l'occasion», dit-il d'Israël.
Il dit que demain, il va visiter la tombe de Théodore Herzl, et celle d'Yitzhak Rabin. Il ira également être à Yad Vashem.
"Nous portons toute cette histoire sur nos épaules. ... Aujourd'hui, alors que nous sommes confrontés au crépuscule de la génération des fondateurs d'Israël, vous, les jeunes d'Israël, vous devez désormais revendiquer son avenir. "
Il dit qu'il a été inspiré par le concept juif de «Tikkun Olam». "C'est la tâche de chacun d'entre nous. Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse Israël. Que Dieu bénisse les États-Unis d'Amérique ", dit-il, ajoutant que" Toda raba "- en hébreu" Merci beaucoup "- avant que la foule lui donne une ovation debout et le discours se termine.
Après avoir parlé devant des étudiants à Jérusalem, Obama quitte le Centre de Convention International pour une réunion avec des fonctionnaires du consulat américain à Jérusalem.
Plus tard, il dîne avec le président Shimon Peres.

Tag(s) : #Actualité-évènement-politique

Partager cet article

Repost 0