Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sources : The Media Line

Benjamin Joffe-Walt

Version française : AFIAE «lesamisdisrael»

 

 

Ce qui a commencé comme petite brouille sans importance en matière de certifications cachères d'une boulangerie pâtisserie s'est transformé en drame politique national. Le Grand rabbinat d'Israël a lancé une campagne sans précédent pour interdire aux cours de justice israéliennes d'interférer dans les sujets concernant des lois diététiques juives à la suite d'une décision de la Cour Suprême forçant des rabbins à fournir un certificat de cacheroute au propriétaire d'une pâtisserie qui est un juif messianique (qui croit en Jésus). Dans une lettre adressée à tous les membres de la Knesset, le Grand Rabbin d'Israël, Shlomo Amar, a demandé qu'une loi soit adoptée pour empêcher à la Haute Cour de Justice intervienne dans les sujets relevant des lois alimentaires juives. La demande du Grand Rabbin fait suite à une décision de la Cour Suprême qui avait estimé que le rabbinat avait illégalement retiré la certification cachère d'une pâtisserie exploitée par une femme qui croit au judaïsme messianique, un mouvement qui combine des éléments du judaïsme et du christianisme. La boulangerie, qui avait été précédemment certifiée comme cachère par le rabbinat, a été dépouillée de son statut lorsqu'il s'est su que le propriétaire était un juif messianique. Le rabbinat avait exigé que les clefs de l'établissement soient remises à un surveillant de cacheroute afin d'être sûr des normes cachères. Le Juge en Chef de la Cour Suprême, Dorit Beinisch, estimant cette exigence peu raisonnable et attentant aux droits fondamentaux , a conclu que cette demande était peu raisonnable, qu'elle nuit aux droits fondamentaux du propriétaire de la boulangerie et que pour cela, si le rabbinat n'attribuait pas immédiatement un certificat cacher à la boulangerie, il serait poursuivi. Le rabbinat et l'attorney général ont argué du fait que la garantie de la propriétaire de maintenir la pâtisserie cachère n'était pas digne de confiance, mais le juge Beinisch a répondu que le fait pour le rabbinat de ne pas faire confiance au propriétaire est un motif insuffisant pour refuser la certification cachère. « La fidélité d'un propriétaire de restaurant doit être mesurée selon des normes de loi générale, " ; a t'elle écrit dans sa décision, «pas selon des normes Halahique (lois domestiques juives)».  Le Grand Rabbin a répondu en déclarant que le rabbinat se trouve sans autre choix "que de rassembler ses forces pour faire adopter une loi afin de défendre le statut de la cacheroute dans le pays - et que le plus tôt sera le mieux." "Une elle entorse à ces lois, c'est une erreur ou un non sens total»". Le Rabbin Shalom Dov Lifshitz, Président et directeur de la fondation de Yad Le Hahim, une organisation opposée au messianisme juif et contre toute assimilation , a ajouté "Vous ne pouvez pas intervenir dans les sujets religieux si vous n'êtes pas religieux." " Ils ne comprennent pas la cacheroute et ils nous demandent d'agir selon des lois imparfaites" a t'il repris. "Sommes-nous en URSS ? Comment pouvez vous dire à un rabbin de ne pas croire aux lois de la cacheroute." Le Rabbin Lifshitz a nié que c'était une question de discrimination. " tout simplement, ça n'est pas cacher » a t'il conclu. "Quelqu'un qui ne croient pas aux lois de la cacheroute n'est pas digne de confiance pour assurer le respect du caractère cacher. « Que la personne soit juive messianique, arabe ou tout autre n'est pas le problème» précise le Grand Rabbin. Le rabbinat est l'instution juive religieuse officielle en Israël et qui détient sous sa responsabilité un certain nombre de domaines légaux tels que les mariages, les enterrements et la cacheroute. Mais le Docteur Ron Breiman, qui représente la faction « Hatikva » du groupe parlementaire Union Nationale Parti National Religieux ; précise qu'il est important pour le parlement de distinguer entre l'intervention des cours de justice dans des sujets de discrimination et l'intervention dans les sujets religieux. "La Cour Suprême en Israël intervient dans tout" a t'il dit. " Mais dans le cas présent la Cour Suprême n'essaye pas de faire un acte afin de reconnaître si un établissement est cacher, les juges ont pris cette décision à cause de la façon dont cette femme est traitée parce qu'elle est juive messianique et je suis d'accord avec cette decision." ; "Si l'établissement est cacher ou pas n'a pas été le motif" a dit le Dr. Breiman." ; Si la Cour Suprême avait essayé de prendre une décision afin de déterminer si quelque chose était cachère, ce serait autre sujet. Mais ce n'est pas le cas ici." De cet événement, le Rabbin Hank Skirball, président de Hiddush, une organisation favorisant la liberté religieuse en Israël, a indiqué que le rabbinat d'Israel provoquait intentionnellement un casus belli qui dépasse l'affaire de ce magasin de gâteau. " ; Ils forcent les portes dans des domaines qui n'ont rien à faire avec la nourriture, ". "Quand quelqu'un regarde un certificat cacher c'est qu'il veut savoir si la nourriture elle-même est cachère, ça ne l'intéresse pas de savoir si le propriétaire de l'établissement est un danseur du ventre ou qui croit que le Messie a déjà venu." "Si vous regardez les lois de la cacheroute vous verrez que la croyance du propriétaire d'un restaurant n'a aucune importance, " ; dit-il. " ; Parfois se pose la question de savoir qui manipule la nourriture mais la cacheroute elle-même n'a rien à faire avec le propriétaire des lieux." "Il faut se rappeler qu'en Israël le Grand Rabbin est un représentant du gouvernement, " a précisé le Rabbin Skirball. "Je serais beaucoup plus heureux si l'on organisait pas la manière dont les gens peuvent décider à quels rabbins et quels phoques elles veulent faire confiance mais en attendant nous avons un rabbinat qui représente le gouvernement pour ces questions." "Pour cette raison, le rabbinat doit non seulement représenter les coutumes juives mais elles doivent également être indiscriminatoires". "En d'autres termes le gouvernement ne peut pas permettre au rabbinat de mettre quiconque sur une liste noire » conclut- il.

 

Tag(s) : #Actualité-évènement-politique

Partager cet article

Repost 0