Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Pour les bébés prématurés, les malades atteints du sida ou du cancer, les personnes greffées et toutes celles et ceux qui ont un système immunitaire déficient, les infections fongiques sont un problème grave. Elles peuvent paraître inoffensives, mais elles arrivent à vaincre les meilleurs des antibiotiques et dans beaucoup de cas ce type d'infection est mortel. Une infection fongique, cryptococcus neoformans, est certainement responsable d'un million de décès environ chaque année dans le monde, dont plus de 600.000 en Afrique Subsaharienne.

Maintenant les zoologistes israéliens croient qu'il peut y avoir une réponse : l'éponge marine. Les scientifiques du département de zoologie à l'université de Tel Aviv ont identifié plusieurs candidats antibiotiques alternatifs parmi les composés qui aident une éponge à se défendre des prédateurs et des infections.

Le professeur Micha Ilan, chef de projet, et ses étudiants de troisième cycle identifient, isolent et cultivent ce qui pourrait être les antibiotiques du futur. Les chercheurs ont jusqu'ici isolé des milliers de bactéries et de mycètes, y compris plusieurs centaines d'actinobacteria uniques.

Jusque maintenant une douzaine de cultures seraient prometteuses. "La résistance aux antibiotiques est devenue un défi incroyablement difficile pour la communauté médicale." dit Ilan. "Les éponges sont connues pour abriter un arsenal des composés utilisables pour combattre les infections. Des quantités considérables de micro-organismes en culture, tels que l'actinobacteria, vivent en symbiose avec les éponges."

Les éponges marines sont des animaux sédentaires dont les corps se composent d'une couche mince externe de cellules et d'une masse intérieure de cellules et d'éléments squelettiques. Collées sur le fond marin, elles comptent sur l'écoulement de l'eau au travers de leurs corps pour concentrer leur nourriture et se purifier. Le problème, cependant, est que ces composés sont trouvés en quantité très petite. La récolte et l'utilisation en grand nombre de ces agents signifieraient le massacre de quantités énormes d'animaux. Au lieu de cela, le professeur Ilan, qui collabore avec le professeur Yoel Kashman et le professeur Shmuel Carmeli de l'université de Tel Aviv étudie un type d'exploitation et de culture des éponges de mer provoquant des dommages minimaux sur l'environnement normal. Les méthodes développées par le professeur Ilan peuvent maintenant être employées par d'autres scientifiques développant des tests pharmacologiques sur les éponges marines. "Notre recherche est unique car nous adoptons une approche agricole et microbiologique non répandue dans la communauté de la recherche médicale" dit Ilan.

Tag(s) : #science-recherche-médecine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :