Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 La caricature s'exprime avec une grande liberté de ton en Israël à l’instar de toutes les démocraties dans le monde. Chaque auteur se fixe des limites à ne pas dépasser, car si celles-ci ne sont écrites nulle part, de nombreux thèmes sensibles sont présents dans l'environnement culturel israélien.
La caricature israélienne refléte ce qui s’est passé dans le pays depuis 60 ans, en sachant que tout y est disproportionné au point que la réalité y devient elle-même caricature parfois. Ainsi Israël débat maintenant du sionisme au post-sionisme, de l’idéal à la désillusion, du sacré à la désacralisation. La caricature a suivi ces changements, et parfois même les a annoncés.
Depuis moins d'un an est ouvert à Holon au Sud de Tel Aviv le musée de la caricature. Ils ne sont au total que 12 dans le monde, et selon le président de l’association des caricaturistes israéliens, Michel Kichka, il s’agit donc d’un événement culturel majeur pour Israël.
Ce musée a trouvé sa place dans l'ancienne bibliothèque municipale.
Sur près de 300 m² son présentées les oeuvres des précurseurs de la caricature en Israël.
Dans un espace bibliothèque chacun pourra consulter tous les ouvrages publiés sur la caricature en Israël et dans le monde et ce dans toutes les disciplines (politique, psychologie, art).
Trois expositions permanentes sont proposées sur un même espace dont une rétrospective générale de la caricature depuis l'âge de pierre jusqu'à aujourd'hui ;
Une partie importante du musée est consacrée à la bande dessinée.
Ce musée a déjà créé l'évènement en accueillant l'exposition itinérante « Dessins pour la Paix » (initiative du dessinateur Plantu) où le public a pu découvrir le travail de caricaturistes Algériens, Egyptiens, Turcs, Japonais, Américains, Suisses, Français...  Palestiniens et Israéliens.
Tag(s) : #culture-lire-écouter-voir

Partager cet article

Repost 0