Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Source : le quotidien La Voix du Nord, le 26 juillet 2008.
Cliché "La Maison Folie" de Wazemmes
.
A Lille, le centre culturel de Wazemmes (un quartier populaire de Lille) a accueilli des jeunes Français, Espagnols et Israéliens dans le cadre d’un partenariat avec le Village International d’Enfants. Ils ont travaillé ensemble sur le thème de la paix. Mais pour les jeunes venus de Haïfa, ça ne s’est pas toujours fait en toute quiétude. Hier en fin de matinée, dans la cour de la « Maison Folie » de Wazemmes, les ados s’activent. À la bombe ou au pinceau, ils fignolent leur graff sous l’oeil de Pierre, membre de l’association « Fin 2 bombe », et de Zohra, animatrice dans le cadre du Village international des enfants. « La fresque servira de fond de scène pour le spectacle de clôture de l'après-midi», explique Sandrine Leurette, directrice du centre culturel de Wazemmes. À l’intérieur, un autre groupe répète inlassablement les pas de capoeira rythmés par la percussion et le chant de Bizarro. « Je leur ai donné les bases de la danse, et expliqué brièvement son histoire. » Espagne, France, Israël et Brésil… Le Village international des enfants a donc pleinement rempli son rôle en terme d’échange culturel. Dans une autre salle, c’est un groupe d’Israéliens qui revoit une dernière fois sa chorégraphie hip-hop avec le célèbre Brahim Bouchelaghem. « Ils se donnent à fond. ils sont très motivés », s’enchante le danseur. Mais à la vue du bloc-notes et de l’appareil photo, leurs visages se figent soudainement. L’ambassade a donné des consignes précises et ils ne sont pas prêts à les enfreindre. C’est leur accompagnatrice qui sera la seule interlocutrice. « Toute la semaine, on ne s’est pas senti menacé, on était très à l’aise. Mais dès que l’on quitte notre pays, on reçoit des instructions très strictes. » Impossible par exemple de divulguer l’endroit où ils sont logés. « Vivre en Israël, c’est être en permanence soucieux de la sécurité, explique l’organisatrice. On a peur des enlèvements, et on ne sait jamais où ça peut arriver. » D’où la prudence maximale et le bonheur d’avoir passé cette semaine en France. « Ici, on a eu l’occasion de relâcher la pression. » Sur scène, ce sont les trente-six jeunes du Village international d’enfants qui ont pu se délester du stress qui précédait la représentation devant familles et organisateurs. Un spectacle où les enfants ont montré qu’au-delà des frontières, on peut tous vivre ensemble et apprendre l’un de l’autre. Virginie Vanhsrenbeck, responsable du séjour, pense déjà au futur. « L’année prochaine et dans les années à venir, on espère pouvoir organiser des échanges entre des enfants d’autres villes jumelées avec Lille. »

Tag(s) : #Solidarité

Partager cet article

Repost 0