Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bethleem - Les chrétiens perdent ils leur ville ?

(source - Times of Israel)


Avec un faible taux de natalité et une forte émigration , les membres de cette communauté diminuent dans le berceau du christianisme.
La maire de Bethléem, Vera Baboun, est inquiète. C'est bientôt Noël , la dirigeante de cette petite ville célèbre - la première femme à occuper le rôle - note que les touristes ne sont pas ruent sur les événements qu'elle et son équipe ont préparé pour ce mois de Décembre . Dans cette tentative pour relancer la saison la plus active de la ville , elle a ainsi lancé les festivités de Noël plus tôt cette année , l'éclairage de l'arbre géant au centre de la Place de la Mangeoire , le 1er Décembre et inaugurant un festival de quatre semaines de musique , d'art et d'événements culturels .
Mais malgré le rôle primordial de Bethléem dans l'histoire de Noël et de la vie de Jésus, la diminution de sa communauté chrétienne fait que cette année connaît une fête un peu terne .
" Bethléem c'est Noël, " dit Vera Baboun , ancien professeur de littérature et membre de la minorité chrétienne de Bethléem . " Nous devons travailler sur une manière différente de la prééminence de Noël à Bethléem . "
La ville a donné naissance à Jésus et au roi David , mais aujourd'hui, la ville est enfermée, économiquement instable , et elle essuie encore les plaies de la violence stupéfiante qu'elle a connu durant de la deuxième Intifada palestinienne . Beaucoup de chrétiens de Bethléem estiment qu'il n'y a plus grand chose à célébrer .
Samir Qumsieh est un chercheur chrétien et il est l'un des leaders de la communauté. Il vit dans la ville voisine de Beit Sahour. Il déclare que l'extrémisme musulman est en hausse en Cisjordanie et que les leaders chrétiens locaux restent dans un état de stupeur .
"L'avenir du christianisme est sombre." dit-il à un groupe de journalistes qu'il a invités chez lui, son habitation est décorée dans des tons de bleu, avec des reproductions murales de la crucifixion et des psaumes. " Nous n'avons pas d'avenir. Les raisons en sont l'augmentation importante de l'émigration et le faible taux de natalité".
Le pessimisme de Qumsieh est renforcé par les chiffres qui montrent que parmi les quatre grands groupes religieux en Israël et dans les territoires palestiniens - juifs, musulmans, chrétiens et druzes - les mères chrétiennes enregistrent le taux de natalité le plus bas de tous : un peu plus de deux enfants par famille .
" C'est la tendance chrétienne", dit -il tristement . "Le temps va à l'encontre de notre foi."
Bethléem fait partie du trio de villes, avec Beit Jala et Beit Sahour, que les habitants appellent "le triangle." Ensemble, elles comptent 70 000 habitants , et les chrétiens y sont encore majoritaires. Mais à Bethléem , ils sont à peine un tiers de la population, leurs rangs ayant été décimés par l'exode chrétien pendant les pires années de la seconde Intifada .
Qumsieh dirige une petite chaîne de télévision chrétienne qui doit sa survie grâce à un financement de évangélique provenant de l'étranger. Il pense que la diminution du nombre de chrétien encourage l'extrémisme musulman, qui lui même incite à l'évacuation de la population. Pour lui , c'est un cercle vicieux .
" Al- Qaïda est maintenant en Cisjordanie" dit-il. " Et cela va ajouter à nos problèmes."
Qumsieh a dénoncé à maintes reprises auprès des personnalités influentes les violations du statut des minorités en Cisjordanie . L'influence de l'extrémisme est lente, dit-il, mais elle est palpable .
" Si vous regardez superficiellement, vous ne pouvez pas voir qu'il se passe quelque chose." dit-il de la persécution des chrétiens . " Mais il y a des empiètements sur les terres, et l'Autorité palestinienne ne prend aucune décision ferme."
Pour mieux prouver son point de vue devant les journalistes présents, Qumsieh affiche un certain nombre de souvenirs bon marché vendus dans les stands autour de la célèbre Place de la Crèche de Bethléem . Sur l'un, un T- shirt montrant les sites de Bethléem on y voit que la croix sur l'église de la Nativité a été effacée . Sur un autre, un ballon de football portant le logo du FC Barcelone , une des barres de la croix rouge (des armes du club)dans le coin gauche est manquante, se transformant ainsi en un étrange T.
" La discrimination est discrète, " dit-il, " c'est ce qui la rend plus dangereuse."
Vera Baboun , cependant , tempère beaucoup ces propos lorsqu'on les interroge sur les relations entre chrétiens et musulmans dans sa ville .
" Lorsque nous parlons de la relation entre chrétiens et musulmans en Palestine, nous parlons d'une relation très saine », dit-elle. «Quand nous parlons des relations entre chrétiens et musulmans en Terre Sainte , et à Bethléem , et en Palestine, nous devons parler de gens qui ont une identité principale : palestinien . C'est pourquoi, même parfois je me sens mal à l'aise sur la question qu'il ya aurait des problèmes."
Non, dit Qumsieh , qui considère les responsables chrétiens comme des « lâches », plus soucieux de présenter un front palestinien uni contre Israël au lieu de faire face à leurs propres problèmes internes .
" Si quelqu'un prétend qu'il n'y a pas de discrimination , c'est un menteur ", dit-il. « [ La maire ] a dit que tout est correct . Bien sûr . A la place qu'elle occupe , elle n'a rien à dire d'autre. "

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :